Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mariage Royal

Publié le par Jeanne-A Debats

 
Le Grem est un grand sentimental.
Je viens d'en avoir la confirmation tandis qu'à Canarland se mariait en très grandes pompes, la fine fleur (de lys) de l'aristocratie française (avec une ascendance remontant à l'an mille).
J'avais loupé le début pendant ma sieste, mais après mes une heure et demie de sommeil, voilà que les mariés consentent enfin à se montrer dans une grande volée de cloches enthousiastes. Mais pas aussi enthousiastes que le Grem qui me tire presque de force dans le jardin de façade parental qui, ô bonheur, donne pile poil sur la sortie de l'église.
Extase devant les queues de pie, les capelines, bibis et abats jours volés dans le dressing d'Elisabeth II, les talons aiguilles des demoiselles d'honneur, la tétrachiée d'enfançons blonds minuscules et ravissants en grand apparat, costumes gris et petits hauts de forme pour les garçons, robes et couronnes de fleurs pour les filles (ainsi qu'un air certain de Village des Damnés, façon 1960), le tricorne du polytechnicien, le képi bleu de capitaine de cavalerie dans l'armée de terre, le blanc de l'armée de l'air, le contre amiral, deux ensoutannés genre don Camilo avec le bidule noir croisé sur le front. Commentaires ravis sur la couleur des robes. Phrase définitive :  "Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.
Et là, il se tourne vers moi et me dit :
"Le mariage, c'est bien, surtout à cause des chapeaux."

Partager cet article

Corneille en corner

Publié le par Jeanne-A Debats

Corneille en corner

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

Le 49. 3, c'est rien que du bonheur !

Publié le par Jeanne-A Debats

Le 49. 3, c'est rien que du bonheur !

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

Violences faites aux femmes

Publié le par Jeanne-A Debats

faux cerf

faux cerf

Entendu dans le tram par 2 joyeuses et ravissantes
Elle 1 ( morte de rire ) :
" Il me fait la gueule depuis mon week-end à Londres. Hier, on était sur le lit tous les deux. Je lisais et il bougeait pas. Sans prévenir, il me saute dessus de tout son poids droit sur la poitrine. Il me pétrit violemment les seins en gémissant dans mon cou. Puis il me colle un méga coup de boule et se barre en râlant dans la cuisine. "
Elle glousse.

Moi :
0_0

Elle 2 ( gloussant encore plus fort) :
" C'est caractériel, les chats"

Publié dans Le Murmurant Paris

Partager cet article

Le doigt dans l'oeil du cyclone

Publié le par Jeanne-A Debats

(Marianne d'Olivier Ciappa)

(Marianne d'Olivier Ciappa)

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

Knock, knock, Knock on the doctor 's door

Publié le par Jeanne-A Debats

La grande inquisitrice Paganelli piétinant un arrêt de travail pour avortement médicamenteux (allégorie)

La grande inquisitrice Paganelli piétinant un arrêt de travail pour avortement médicamenteux (allégorie)

Toi, mon nouveau toubib que je n’ai jamais rencontré, nouvelle dentiste, nouveau rhumatologue, nouvelle endocrino, nouvel hépatologue, nouvelle ceci, nouveau cela, tu ne sais pas à quel point je suis terrifiée avant d’entrer dans ta salle d’attente. Oh, pas de ton diagnostic qu’en général j’ai déjà fait, désolée.

(Oui je sais c’est mal, je ne dois pas savoir avant toi, je dois venir en couinant et toi m’assener la vérité.)

Non, j’ai peur de toi. De ce que tu vas me sortir comme énormité, comme saloperie, comme remarque déplacée, sur mon rythme de vie, mon poids, ma sexualité, mon régime alimentaire, mes mauvaises habitudes. Je crève de trouille bleue que tu me fasses mal et que tu trouves ça normal, me traitant plus ou moins de douillette au passage.

Chaque fois que j’entre dans ta putain de nouvelle salle d’attente, chaque fois, même si c’est pour quelque chose d’aussi mineur que changer de lunettes, je suis terrorisée par ce que tu vas me balancer comme jugement de valeur pourri confondu avec un traitement, tu vois.

Avant même que tu ouvres la bouche, je m’apprête à me défendre. Je me prépare moralement à une bataille. Je me gendarme, j’enfile mon armure déjà au moment de prendre rendez-vous (parce que vois-tu même ta secrétaire risque d’être dans ce mood). Je ne te connais pas, mais j’en ai rencontré tant d’autres de ta cohorte, inconscients ou délibérés, qui m’ont traitée comme une patiente, c'est-à-dire quelque chose de moins qu’humain, mineur, toujours susceptible de mentir ou d’en rajouter.

Si bien que de tes quelques collègues qui se montrèrent humains, attentifs, délicats, empathiques ou même simplement courtois, eh bien je me souviens de leurs noms à tous, sur trente-cinq ans.

Depuis hier, je vois tourner sur internet les remarques d’une des mandarines de la gynécologie. Ce mépris, cette bassesse, cette morgue, cette certitude hautaine. Je ne connais pas la dame, mais je l’ai rencontrée cent fois dans ma vie adulte. C’est à cause d’elle et de ses pairs que je meurs d’anxiété en venant chez toi, cher nouveau docteur es quelque chose.

Je viens pour être soignée et j’ai plus de crainte du soignant que de la maladie.

Dis ?

Tu trouves ça normal ?

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

C'est même pas que j'aime pas le foot *

Publié le par Jeanne-A Debats

C'est même pas que j'aime pas le foot *

* enfin, non, mais c'est pas la question, perso, je préfère le golf et l'équitation mais je suis une horrible bobo gauchiste sans aucun esprit d'équipe et confite dans ses privilèges de classe.

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

La main droite du jour

Publié le par Jeanne-A Debats

La main droite du jour

Mes chers confrères masculins de SF contemporains,
hier soir, j'ai jeté un livre pourtant fort bien écrit à travers ma chambre.
(Et non je ne mentionnerai pas l'auteur car je l'aime beaucoup et QUE TOUT LE RESTE est bon, excellemment bien conçu, pensé, visionnaire.)
Sauf que, sauf que, dès le début, il n'y a que deux femmes. L'une amoureuse en vain parce saisie du complexe de Florence Nightingale vis à vis du protagoniste, l'autre, c'est la belle inconnue mystérieuse qui fait vraiment bander le protagoniste. Bref, ces deux nanas pourtant pourvues de métiers prestigieux ou respectables n'existent que par et en fonction du mec.
Je ne sais pas si ça change après la 50° page, parce que je n'irai pas plus loin.
J'en ai marre, je ne peux plus. Vous n'avez plus d'excuses.
Ça ne coûte pas cher d'en faire une dont la fonction soit autre (à la place du super pote qui fait avancer l'histoire par exemple) ou à un poste clé sans qu'elle bave illico sur le bonhomme point de vue. Bref un vrai perso, pas une greluche de passage à gros seins (bon elle peut avoir des gros seins).
Je peux encore le pardonner à Hugo, ou même à de canoniques classiques nés dans les années 40. Mais à vous, mes copains de génération, désolée, non. Je ne vous demande pas d'écrire des brulots féministes, je vous demande de vous souvenir que la moitié de la population est composée de filles, et d'en tenir compte. Point.
Merci.
Bisou.

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

Seydoux, c'est fou

Publié le par Jeanne-A Debats

Seydoux, c'est fou

Je sais bien que si on collait les écrivains et acteurs français dans un vaisseau spatial dont la propulsion utiliserait l'EGO comme carburant nous passerions tous en Warp 10 en moins d'une seconde.

Mais quand même, il ne faut pas exagérer surtout quand "l'école de la vie" ça signifie "Je n'ai pas été foutue d'avoir mon bac."

(Quand 60 à 65 pour cent de mes élèves issues de l'immigration l'obtiennent sans trébucher dans leurs Louboutins).

(C'est peut-être les Louboutins remarque, ça gêne pour l'EPS)

Et par pitié, ne t'intéresse pas au féminisme, on a assez de Marion Cotillard pour ça.

Merci.

Bisou.

Jeanne

PS : "Quand je croise Léa Seydoux, j'ai envie de manger un intermittent du spectacle."

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

Le requineau du samedi

Publié le par Jeanne-A Debats

Le requineau du samedi

 

Légère et chaud vêtue (car le long du boulevard Mortier règne un vent à décasquer un régiment de CRS tout occupé à massacrer du jeune gaucho pacifico-alter-mondialiste), je descends jusqu’au marché de la place Edith Piaf dans le but avoué de faire mes courses de bobo…

Vous imaginez : le pain bio à graines en couleur, les pasteles de nata en importation directe de Lisbonne, le peccorino peppato, le jambon aux herbes cuit au vrai bois de la vraie forêt, le beurre et la crème crus, les oeufs tout chauds de la poule qu’on connaît même son nom… Le tout à des prix indécents compte tenu de l’état de famine endémique des deux tiers de la planète.

Quand soudain, car j’ai des choses à compenser (la fin d’un travail acharné met en joie des mois plus tard, le lendemain c’est juste la déprime olympique) je me dis :

« Tiens, et si je nous faisais des coquilles saint-jacques de la vraie mer à la crème crue de la vraie vache ? »

(Sachant que lesdites coûtent par bête de 50 grammes le bras d’un petit enfant du Tiers-monde)

Mal m’en prend, car tandis que la revêche poissonnière me sert mes coquillages avec une pince à épiler en or, voilà-t-il pas que son collègue se met en tête de faire le bravache pour ses trois clientes, trois corneilles d’environ vingt ans de plus que moi. Honnêtement, je n’écoutais pas au départ, alors je n’ai pas la moindre idée de comment ils en sont arrivés là. Déployant toutes ses écailles irisées dans une roue que n’aurait pas renié un paon aquatique, l’homme déclare fièrement à ses ouailles :

«  Moi, quand j’allais au bal, je piquais les soutiens gorges aux filles, j’en ai une mallette entière ! Et je vous jure qu’elles s’apercevaient de rien ! »

Les corneilles gloussent. J’ai un haut le cœur en composant le code ma carte bleue. Il insiste :

« Je vous jure, elles s’apercevaient de rien ! C’était génial ! »

Gloussements bis, tout le monde trouve ça très drôle. Je me raisonne en me disant que le type bluffe, que la chose est impossible. C’est déjà compliqué d’ôter son sousti à une consentante enthousiaste ; alors sans qu’elle percute, ça tient du miracle. Totor est un gros frustré qui se vante.

Ou qui s’est attaqué à des femmes inconscientes.

Gloups. J’avale ma salive, me demandant combien de secondes je vais tenir. Très exactement dix. Le temps que ce gros con enchaîne par :

« Et les culottes aussi, mais (gros rire) j’en ai moins, j’ai arrêté à cause de l’odeur. »

Okay.

J’ai pas nettoyé ma langue :

« Donc, vous vous vantez d’agressions sexuelles en public ? »

Je récupère mes coquilles saint-jacques. Silence de mort. Le type reste bouche ouverte et me contemple comme si la langoustine crucifiée devant lui avait adressé la parole. Les corneilles se tournent vers moi courroucées et lui, finalement :

« Vous êtes féministe, vous ? »

L’intuition masculine, je suppose.

Elles vont passer bizarrement ces coquilles, je vais mettre beaucoup de crème autour.

Et changer de poissonnerie.

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>