Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Chose promise...

Publié le par Jeanne-A Debats

Avec l'aide et la participation de contributeurs plus aguerris que moi sur Wiki.

Partager cet article

Repost0

Qu'est-ce que le sexisme impensé ?

Publié le par Jeanne-A Debats

C'est ça :

Wikipedia 2017 page Georges Sand

Wikipedia 2017 page Georges Sand

Quand on vous présente une femme artiste peintre qui gagna au moins deux médailles dans des salons d'art de son époque uniquement par les relations qu'elle entretient avec des hommes.

Son beau-fils, son mari.

(Et accessoirement son père si on cherche un pneu)

Qu'elle n'a même pas sa propre page en français dans wikipédia.

Que ses oeuvres ont été dispersées, sont quasi inconnues bien qu'elles se vendent fort bien en vente aux enchères prestigieuses et alors qu'elle fut élève d'Ingres...

Mais non, elle est belle-mère, épouse et fille de...

ELLE n'est RIEN.

Je vais au moins traduire sa page anglaise dans Wiki et changer ça.

Le combat, c'est aussi de petites choses comme celle-ci.

Partager cet article

Repost0

Interview aux Utopiales par la librairie Mollat

Publié le par Jeanne-A Debats

y'a des jours, je suis optimiste ^^
la littérature, la littérature de jeunesse, enseigner la littérature, le féminisme, les utopiales... (et réciproquement)

Partager cet article

Repost0

Le printemps vert de Barbie

Publié le par Jeanne-A Debats

Le printemps vert de Barbie

 

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours détesté les poupées. C’est mon frère qui jouait avec celles qu’immanquablement je recevais à Noël d’une grand-mère optimiste ou plongée dans le déni, la même qui m’offrait des « boîtes de couture » que j’allais aussitôt enterrer au fond du jardin grand-parental, prétextant jouer au trésor du pirate[1].

 

Toute petite déjà, je voulais le circuit de voitures, l’appareil photo, Chimie 2000, tout ce qui tombait dans l’escarcelle de mon frère sans qu’il ait même besoin de demander. Mes parents n’y étaient pour rien, mais l’entourage a veillé à la distribution genrée des cadeaux dans la fratrie.

 

Vers 12 ans, j’ai fait une exception pour les poupées Barbies, une exception exceptionnelle, qui ne dura pas. J’avais une amie, elle adorait y jouer. J’ai donc eu ma Barbie offerte par une mère attentive mais dubitative, qui ne voyait pas bien ce qui me prenait d’un coup. J’ai joué avec, je me suis fait chier. J’ai détesté les jambes trop longues, la gueule de niaise absolue dont on imaginait bien qu’elle ne passait pas ses après-midi dans son camion rose à baver devant Isaac Asimov, la taille de crayon maladif et les seins bombés comme s’ils avaient des armatures à l’intérieur. J’ai cessé de jouer avec la copine pour retourner lire et écrire. Parfois, on est mieux seule qu’à ne pas comprendre les gens qu’on aime bien, malgré tout.

 

Et à leur en vouloir pour ça.

 

Puis j’ai oublié Barbie, sauf quand mon fils le Gremlin en a voulu une qu’il a longuement habillée, déshabillée, fait ramper dans la boue, sauter des falaises, grimper aux arbres, et se battre contre le chat. Barbie GI Jo, en slip dans la jungle, c’était sa conception d’une vraie poupée. Je me suis dit que je n’avais peut-être pas tout raté[2].

 

Bon, voilà que Mattel, au motif avoué d’honorer une grande sportive (on reste dans le GI Barbie) nous en fait une voilée.

Hum.

 

HUM.

 

Alors on va être claire :

autant je ne dénie pas aux femmes musulmanes le droit imprescriptible de s’habiller entre parasol et Batman, droit qu’aucun rasé à l’intérieur du crâne ne devrait leur dénier non plus (parce que la libération des femmes chez les fachos, ça consiste surtout à leur arracher leurs fringues, faut bien le dire), autant là, je coince.

Et salement.

Parce que oui, si je ne leur dénie pas ce droit intime, si je me battrai pour qu’on fiche la paix à celles qui l’arborent pour leurs propres raisons perso que je n’ai pas à juger, en revanche non, je n’aime pas le voile. Tout ce qu’il symbolise, transporte de vision putride des femmes, instaure de domination de l’homme sur la femme, sans compter les endroits sur la planète où elles n’ont même pas le droit de conduire.

 

Je défendrai toujours les femmes qui le portent.

 

Mais l’objet ?

JAMAIS.

 

La nuance est subtile mais elle est, c’est comme ça.

 

Allons Mattel, tu veux juste te faire du fric, pas « visibiliser les minorités non plus qu’honorer une grande sportive ». Tu veux te faire du fric, encore plus de fric, il te manque les musulmans, c’est tout. Ken en bleu, Barbie en rose et désormais en vert, Yolololo ! Après le marketing genré, bonjour le marketing religieux !

 

C’est dégueulasse.

 

Oh, tu n’es pas tout seul, Dolce et Gabana a fait la même il y a peu. Et donc dans l’espace public laïc occidental apparaissent les représentations de femmes voilées comme légitimes, comme bankables.

Je ne fais pas un dessin hein ? La représentation, c’est la légitimation.

Une putain d'entreprise occidentale légitime le voile.

Et pour moi non, le voile n’est pas légitime, l’excision et la lapidation non plus.

 

Et le jour où tu nous en sors une avec la tête rasée et une perruque, ou bien en carmélite, (ou en jupe plissée bleue, chemise blanche, mocassins, croix dans le cou)  je râlerai tout aussi fort.

 

Bon, il y a une logique, venant d’une entreprise qui a élevé une anorexique en icône de l’enfance. La bonne santé des filles ne la gêne pas beaucoup.

Pas merci et pas bisou, Mattel.

 

 

[1] L’excuse ne passait pas, j’aime autant le vous le dire.

[2] Bien que, depuis, nous ayons été rattrapés par la patrouille : même autiste, même élevé par une hyène de garde on a du mal à échapper aux représentations genrées qui noient l’ensemble du monde, de la langue à l’environnement fictionnel, sans parler du voisin de palier.

Partager cet article

Repost0

Merci Monsieur Macron...

Publié le par Jeanne-A Debats

... justement j'avais un doute.

Merci Monsieur Macron...

Partager cet article

Repost0

Je dis ça, je dis rien...

Publié le par Jeanne-A Debats

(Série Testaments, tome 3, Humain-e, trop humain-e

(Série Testaments, tome 3, Humain-e, trop humain-e

En vente dans toutes les bonnes librairies...

Euh...

Quand je l'aurais fini.

(Mais ça vient.)

(Et sinon, j'ai le chat ! J'ai le chat !)

Partager cet article

Repost0

La pire chose qui me soit jamais arrivée au quartier de La Chapelle...

Publié le par Jeanne-A Debats

(Ceci est un nénuphar en plastique indien flottant particulièrement agressif)

(Ceci est un nénuphar en plastique indien flottant particulièrement agressif)

Partager cet article

Repost0

Un hologramme, mon royaume pour un hologramme

Publié le par Jeanne-A Debats

Break fake news :

BHL à deux doigts d'accuser JLM de plagiat !

Un hologramme, mon royaume pour un hologramme

Partager cet article

Repost0

TéléCanards

Publié le par Jeanne-A Debats

TéléCanards

Hier soir, en vacances en à Canardland, mes parents  en vadrouille car la vie sociale est intense dans le pays (on fait des soirées cocktail post concerts classiques) (je suppose que ça veut dire qu’on boit le lendemain pour oublier Satie) je me retrouve seule avec le Grem et le border collie parental. Le Grem se fout total de l’absence de quiconque, mais le border collie est dépressif et couine. Je décide de lui tenir un peu compagnie devant la télé.

Problème : je n’ai pas eu d’appareils de ce style depuis l’an 2000 et la foutraison de télécommandes diverses me laisse pantoise et coite devant l’écran aussi plat que complètement noir.

J’appelle le Grem au secours.

Moi :

— Grem, tu peux allumer la télé ?

Lui (serviable, me montrant le tas de télécommandes) :

— Les télécommandes sont là, maman.

Moi :

— Je ne sais pas m’en servir, tu veux bien l’allumer pour moi ?

Lui (soupçonneux, un peu agacé) :

— Je sais le faire Maman, c’est pas la peine de vérifier encore une fois, Mamie l’a fait hier.

Moi :

— Grem, c’est pas un test, je ne sais vraiment pas.

Lui (sidéré) :

— Tu es sûre ?

Moi : (lasse) :

— Oui, tu veux bien allumer la télé s’il te plait ?

Sourire ravi du Grem :

— Oh Maman, c’est super de t’apprendre quelque chose !

(S’ensuit un long cours de télé où le grem me montre et me remontre, et me fait une interro quasi écrite à la sortie, la banane jusqu’aux oreilles. Je renonce entretemps à l’idée qu’il me l’allume tout simplement, visiblement ce n’est pas possible.)

Il repart en chantonnant :

—  J’ai appris la télé à Maman!

Je me couche sur le canapé devant Arte et échange un long regard avec le border collie dépressif.

Foutue famille de profs.

Partager cet article

Repost0

Mariage Royal

Publié le par Jeanne-A Debats

 
Le Grem est un grand sentimental.
Je viens d'en avoir la confirmation tandis qu'à Canarland se mariait en très grandes pompes, la fine fleur (de lys) de l'aristocratie française (avec une ascendance remontant à l'an mille).
J'avais loupé le début pendant ma sieste, mais après mes une heure et demie de sommeil, voilà que les mariés consentent enfin à se montrer dans une grande volée de cloches enthousiastes. Mais pas aussi enthousiastes que le Grem qui me tire presque de force dans le jardin de façade parental qui, ô bonheur, donne pile poil sur la sortie de l'église.
Extase devant les queues de pie, les capelines, bibis et abats jours volés dans le dressing d'Elisabeth II, les talons aiguilles des demoiselles d'honneur, la tétrachiée d'enfançons blonds minuscules et ravissants en grand apparat, costumes gris et petits hauts de forme pour les garçons, robes et couronnes de fleurs pour les filles (ainsi qu'un air certain de Village des Damnés, façon 1960), le tricorne du polytechnicien, le képi bleu de capitaine de cavalerie dans l'armée de terre, le blanc de l'armée de l'air, le contre amiral, deux ensoutannés genre don Camilo avec le bidule noir croisé sur le front. Commentaires ravis sur la couleur des robes. Phrase définitive :  "Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.
Et là, il se tourne vers moi et me dit :
"Le mariage, c'est bien, surtout à cause des chapeaux."

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>