Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

6 articles avec interviews

ImaJ'nère Interview

Publié le par Jeanne-A Debats

Mon portrait chinois par jean-Hugues Villacampa en mai 2014

Publié dans Interviews

Partager cet article

Repost 0

Vampires à Contre-Emploi : Christian Vilà

Publié le par Jeanne-A Debats

Et aujourd'hui, ladies and gentlemen :

Christian Vilà !!!!!!

Vampires à Contre-Emploi : Christian Vilà

 

Qui êtes-vous ?

Mouahaha ! On se vouvoie, maintenant ? Auteur « pro », et je n’en suis pas peu fier, même si ça ne nourrit son homme qu’un jour sur trois, j’écris depuis une quarantaine d’années. J’ai à mon actif environ 70 publications : romans, nouvelles, scénarios d’albums BD, bouquins « non-fiction ». J’ai aussi co-écrit trois scénars télé, un long-métrage, « western africain » prêt à être tourné (sans doute à l’automne). Hormis ça, petits boulots dans l’édition, plus un certain nombre d’articles de presse. Je suis par ailleurs coprésident du Syndicat des écrivains de langue française (S.E.L.F), en compagnie de quelqu’un que tu… pardon, vous connaissez un peu.

Pour vous, la bit-lit, ça se mange ?

Je n’en ai jamais consommé et à vrai dire, ça ne me démange même pas. Quoi que… Cette nouvelle vampirique pourrait m’avoir donné envie.

Parlez-moi de votre nouvelle, comment l’avez-vous conçue ?

L’idée m’est venue à une terrasse de bistrot, en discutant autour d’une bière avec un ami dessinateur de BD. L’ami en question m’a parlé du jardin de son pavillon de banlieue, où des parasites qui ressemblaient à d’affreux raisins secs s’attaquaient à ses plantes, dont ils se gorgeaient de la sève à tel point qu’ils finissaient par paraître gonflés de « sang végétal ». Là, j’avais déjà tout : le sujet, le décor, le perso principal (mon pote, sous une identité d’emprunt et dans un état d’esprit conforme à la météo du calamiteux printemps 2013). Je n’ai pas cherché à documenter l’histoire des insectes ravageurs, mais j’ai un peu potassé la thématique du vampire. Comme par ailleurs l’anthologiste m’avait conseillé d’y aller mollo côté sexe – même si une histoire de vampire sans érotisme, ça me semble valoir à peu près autant que du pinard sans alcool – j’ai plus appuyé sur les émotions en écrivant une histoire d’amour « vampirique » dans un cadre, disons, de SF à court terme.

Vos projets ?

À paraître fin mars, dans la collection « Trash » des éditions du même nom, MurderProd, probablement le roman le plus brutal que j’ai écrit à ce jour. Après, j’en ai un autre en cours d’écriture, où le mot « trash » est pris au pied de la lettre et dont l’intrigue se situe en banlieue, dans un contexte d’anticipation à court terme. Plus, en préparation, un recueil composé tout à la fois de nouvelles inédites (majoritaires) et de quelques rééditions. Ainsi que des rééditions de romans, en numérique cette fois, chez ActuSF et chez Multivers. Côté BD, et toujours avec Stéphane Collignon au dessin, j’ai aussi un projet dans la lignée de mon roman Les Mystères de Saint-Pétersbourg.

Partager cet article

Repost 0

Vampires à Contre-Emploi : Simon Bréan

Publié le par Jeanne-A Debats

And now ladies and gentlemen

Simon Bréan!!!

Vampires à Contre-Emploi : Simon Bréan

 1) Qui êtes-vous ?

Simon Bréan, chercheur en littérature s'intéressant en particulier à la science-fiction française.

 2) Et pour vous la bit-lit , ça se mange ?

Je n'ai que très peu abordé cette catégorie d'invention récente, et qui recouvre des productions disparates. Même sans chercher à faire querelle au terme lui-même, je dois avouer que je n'ai plus guère approché des vampires depuis certaines fictions qui ont signifié pour moi le summum de ce que j'attendais de cette figure ancienne : en littérature, ce qui est pour moi la trilogie d'Anne Rice (je n'ai pas vu l'intérêt d'aller au-delà de La Reine des damnés) a satisfait mon désir de trouver une forme de cohérence sociologique pour les vampires (une histoire, une mystique, des coutumes et traditions...) au cinéma, Vampires de Carpenter m'a enfin montré de vrais chasseurs de vampires, et après Blade 2 j'ai eu mon content de superpouvoirs vampiriques ; dans le domaine du jeu de rôles, l'esprit de Vampire: la Mascarade, dans sa première version, me semble difficile à surpasser.

J'ai lu et fréquenté des fictions vampiriques depuis, mais plutôt comme on retrouve de vieux amis d'enfance.

3) Parlez-moi de votre nouvelle, comment l'avez-vous conçue ?

 Une fois que j'ai compris que j'étais incapable d'écrire le texte parodique que j'avais envisagé, cette nouvelle a été conçue dans le plus grand respect pour la figure du vampire (ma dette à l'égard d'Anne Rice et de Vampire: la mascarade est évidente), .

Soucieux de trouver un angle justifiant le "contre-emploi" du titre de l'anthologie, je me suis demandé dans quelles conditions un vampire, ou des vampires, pouvaient devenir des héros, en évitant deux voies qui me paraissaient déjà explorées, la contrainte/le mercenariat (associés à un cynisme permettant de conserver au moins en parole la mauvaise réputation du vampire), et le malentendu (soit que le vampire agisse bien "par erreur", ou par pur opportunisme - et soit pris pour un héros - soit qu'en dépit de ses particularités vampiriques, il ait bon coeur).

Pour faire en sorte que mes vampires se montrent héroïques sans compromettre la version canonique (violent, assoiffé de sang, manipulateur...), j'ai donc envisagé un ennemi qui leur soit supérieur, et qui les place en situation d'alliance objective avec leurs proies habituelles (nous).

 J'ai été aussi guidé par le souci de faire du récit un texte de science-fiction, sans la moindre ambiguïté. J'ai repris la logique suivie par Matheson en donnant à voir une sorte de réalité biologique du vampire, mais j'ai tenté de fonder cette réalité sur autre chose qu'un virus, ou tout autre facteur biologique, qui me paraît de nature  justifier une infection telle que celle des zombies (qui correspond en fait au vampirisme de Matheson sur bien des points), mais pas la gamme particulière des facultés vampiriques.

De là , un réseau d'images s'est mis en place assez naturellement. Une expression latine est vite devenue la synthèse de tous ces aspects-là, et elle m'a inspiré le titre et la forme prise par plusieurs éléments importants. Au fond, je souhaitais examiner le vampire "sub specie aeternitatis", "en prenant le point de vue de l'éternité" (species m'a, on le devine, orienté vers speculum, le miroir).

 4) Vos projets ?

 J'ai plusieurs ambitions concurrentes. Il faudra d'abord déterminer leur compatibilité. D'ici-là, l'éternité attendra.

Partager cet article

Repost 0

Vampires à Contre-Emploi : Curval

Publié le par Jeanne-A Debats

And Now Ladies and Gentlemen

PHILIPPE CURVAL !!!

 

 1) Qui êtes-vous ?

Je suis ce que je suis et j’y pense activement. Car, si j’apparais en tant qu’être humain, c’est une illusion que j’entretiens. En réalité, je vis à mesure que je m’écris. Par conséquent, les amis, les parents, les proches, les ennemis, les gens que je côtoie, les livres, le cinéma, les paysages, les rues, les restaurants, les villes, les pays, les avions, les voitures, les avancées de la science, les chiens, les boissons pétillantes, le vin, notre planète, le soleil, l’espace et les vaisseaux qui vont avec, etc., font partie d’un roman (dont je publie de temps en temps des extraits) que j’ai commencé en naissant et qui n’est pas terminé pour l’instant.

 

2) Et pour vous la Bit-lit , ça se mange ?

 Pourquoi pas ? C’est le nom d’un vaisseau qui a fait naufrage dans les glaces avec le commandant Charcot.

 

3) Commment avez-vous conçu votre nouvelle ?

 Comme les vampires ont cessé depuis longtemps de m’intéresser, je l’ai conçue à partir d’un calembour, Vent pire, qui, chemin faisant, s’est transformé en Pire que le vent. À partir du titre, l’histoire est née sans peine. Jusqu’à ce que je me souvienne d’un petit roman du milieu du siècle dernier, où l’auteur avait inventé des suceurs d’argent qu’il nommait des eupires. Ce qui m’a conduit vers le retournement final de ma nouvelle.

 

4) Vos Projets ?

 Une nouvelle sur Paris  our le dixième anniversaire de La Volte, une nouvelle pour le numéro spécial de Galaxies sur le capitaine Némo, destinée à la convention S.F. d’Amiens. Un roman dont j’ai écrit les trois quarts dans un style très différent du mien, dont le sujet porte sur l’art dans le futur. L’édition complète d’Akiloë dont il n’est paru que la moitié. Un roman antibiographique racontant pourquoi et comment un jeune terroriste en puissance devient un auteur de science-fiction. Sans compter un best of de mes nouvelles et de nouveaux “décollages”.

 

Vampires à Contre-Emploi : Curval

Partager cet article

Repost 0

Interview Javier Negrete aux Utopiales 2012

Publié le par Jeanne-A Debats

Un des grands bonheurs que m'apporte le métier, c'est de pouvoir parler avec de "vrais écrivains" *

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

*entendez "les autres", moi je serai un "vrai écrivain" quand j'aurais été traduite en croate**

**ou en serbe***

*** ou en swahili***

****ou en laadan*****

*****par Georges

******En attendant, j'ai les mêmes lunettes que Neil Gaiman*******

****** ce qui doit faire de lui le Ténor de la Weird Fantasy Mondiale

Publié dans Interviews

Partager cet article

Repost 0

Rêves de Gloire de Roland C. Wagner

Publié le par Jeanne-A Debats

Interview réalisée le lendemain du prix Européen des Utopiales.

Ma première interview

(Et ça se voit nom de Zeus, je connais le livre par coeur, je ne sais pas comment j'ai pu dire l'inverse de ce que je voulais dire dès la première question^^)

(Comme quoi, quand un copain passe en mode auteur, il peut devenir sacrément impressionnant^^)

 

Bref :


 


 

Roland C. Wagner

 

 

 

 

Rêves de Gloire

Publié dans Interviews

Partager cet article

Repost 0