Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le sens de la vie

Publié le par Jeanne-A Debats

Aujourd'hui qui est un jour particulier pour moi*, en compagnie d'Ugo Bellagamba, j'ai le plaisir de vous montrer le sens de la vie.**

 

 

 

 

le-sens-de-la-vie.jpg

 

 

(Photo Ellen Herzfeld, dite 21, à la Convention Française de SF de Semoy 2012)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Et éventuellement, ma mère.

** D'aucuns prétendent qu'en fait nous avions aperçu Batman mais ça c'était plus tard, après le digeo.

Publié dans Omphalos

Partager cet article

Repost 0

Sales Manies Rhétoriques 19

Publié le par Jeanne-A Debats

Phase 1 : traiter Lambda d'andouille ou de nul par voie de presse ou d'espace public et/ou émettre un avis à l'emporte pièce non documenté sur une conviction, un savoir, une œuvre, une ligne idéologique, un être vivant, défendus par Lamba.

Phase 2 : voir arriver Lambda fou furieux exigeant des excuses, (Normalement, comme il est fou furieux, ses mots dépassent sa pensée et vous donne du grain à moudre supplémentaire).

Phase 3 : bramer  (dans l'ordre) :

A- au déni de liberté d'opinion,

B- à l'agression.

et pour terminer :

C - l'achever en affirmant que "seule la vérité blesse." *

 

 

variante 1 :

insinuer qu'il a du temps à perdre sur ce qui n'est "qu'une opinion".

variante 2 :

vous tourner vers vos copains et vous féliciter d'avoir  :

a) "mis un coup de pied dans la fourmillière",

b) "réveillé les consciences",

c) "prouvé votre indépendance d'esprit et votre rebellitude."**

En supplément gratuit :

d) éventuellement, vous draper dans votre "franc-parler proverbial" qui ne s'embarrasse pas de "l'hypocrisie ambiante" ***

 

 

 

 

 

 

 

 

* C'est rigoureusement faux, : la calomnie y parvient fort bien, elle aussi. Mais osef.

** Pour Lamda, aucun moyen de s'en sortir grandi, même ceux qui estimeront que vous êtes allé un peu trop loin dans la phase 1, jugeront qu'il a bien tort de s'énerver et de faire un scandale. Le scandale, c'est le mal ultime : comme dit précédemment, les victimes ont toujours tort quand elles sortent de leur rôles de victimes.

*** Ceci vous permettra de balancer d'autres vacheries/mensonges/agressions sous couvert  d'honnêté intellectuelle (tout bénef).

Partager cet article

Repost 0

Aphorismes 28

Publié le par Jeanne-A Debats

Confondre Silence et Dignité, c'est prendre un ticket de première dans le train des victimes.

Quand on vous fait fait mal, gueulez.

Fort.

La Dignité, c'est refuser publiquement qu'on vous emmerde.

Partager cet article

Repost 0

Aphorismes 27

Publié le par Jeanne-A Debats

Il y a des gens à qui on souhaiterait presque une carrière internationale et  un succès planétaire, rien que pour ne plus les avoir dans les pieds.

 

Partager cet article

Repost 0

C'est la première fois qu'il me fait de la peine.

Publié le par Jeanne-A Debats

Comme je ne suis pas un jeune auteur des années 90, comme je n’ai dans ma vie joué que deux ou trois fois à des jeux de rôles ou des jeux vidéos*, comme je ne suis entrée dans le fandom qu’en 2001**, comme j’ignorais même jusque là qu’il existait des fous pour faire des critiques sur les livres de SF que je lisais en cachette de ma mère, comme je ne lisais pas Le Fleuve Noir***,  Roland C. Wagner n’a eu aucune influence ni sur mon écriture, ni sur mes lectures. Rigoureusement aucune. Lui, je l’ai lu dans ces eaux-là (celles de 2004) en me demandant qui était « ce petit jeune qui écrivait aussi bien qu’Ayerdhal et Jean-Claude Dunyach ».

On ne peut pas être plus naïve. Plus newbie.

Roland pour moi, ça a d’abord été le membre d’un forum que j’ai contacté par messages privés  pour lui dire de bien vouloir se calmer. Rô, à ce moment-là, était entré dans une de ses phases de noire colère dont il était capable, et il le faisait savoir partout. Avec fracas.**** J’allais apprendre que c’était un état de fait relativement récurrent. Je suppose que Rô fut assez étonné de se faire tirer les oreilles comme un galopin par une inconnue à lunettes. Assez en tout cas pour ne pas m’envoyer bouler et finir la conversation sur le thème « C’est lui qui a commencé, Madame ! ». C’est là qu’on a ri, qu’on a commencé à causer minimum une fois par semaine, que j’ai continué à lui tirer les oreilles sporadiquement.**** * Putain, ça fait 10 ans maintenant, j’ai l’impression que c’était hier, quand je pense à ceux qui le connaissaient depuis son adolescence…

Même si je l’ai croisé IRL*** *** à cette époque-là, je n’avais jamais fait le lien entre cet homme que je voyais de loin et le sale gosse que je calmais quelquefois online.*** *** *

Finalement, je me dis que moi aussi je l’ai connu adolescent, puisqu’il n’a jamais vraiment cessé de l’être.

Et ça c’était chouette : comme il me le disait récemment « Toi, Jeanne, tu auras toujours seize ans », je crois me souvenir que Sylvie a rajouté un truc du genre que ça me ferait toujours trois ans de plus que lui, à moins que ce soit Lucie Chenu ou MF, sais plus. Voilà, c’était un formidable compagnon de cour de récré et de beuverie.

Même si c’est pour Rô que j’ai écrit La vieille Anglaise, pour une antho qu’il n’a jamais sortie, même s’il m’a fait monter pour la première fois sur une scène de festival, même si on a discuté pendant des heures de bouquins, de narratologie, de littérature, de rock, de fringues, de physique et de métaphysique, même si Rêves de gloire m’a assise les yeux dans le vague, même si depuis je rêve d’aller à la Pointe Pescade, ce ne sera pas pour ça que je me souviendrai de lui.

Je me souviendrai des fous rires et des engueulades, de sa mauvaise foi de fer et son intégrité de titane, je me souviendrai de la vraie amitié et de ses yeux qui frisaient, de cette façon incroyablement tendre et douce qu’il avait d’être ami avec les filles, en toute masculinité et sans la moindre ambigüité macho, de cet amour qu’il avait pour sa compagne. Je me souviendrai de ça, parce que les icônes, Rô, il avait horreur de ça.

Et que je l’aimais.


* Avec un pistolet sur la tempe ou la promesse de pizzas décongelées

** Et par des voies largement tortueuses

***Ben non, pas à ce moment-là. C’est ballot hein ? J’aurais pu avoir « l’Odyssée de l’espèce » en édition originale.

**** Sur le forum où je croisais, ça ne se faisait pas. (Enfin pas trop, pas en mélangeant l’œuvre et l’homme.) Et je tenais à ce que ça dure.

**** *Y’avait de quoi faire.

*** ***In Real Life

*** *** * Il n’y a pas d’autre mot.

*** *** **Avouons que quelquefois je l’ai chaudement encouragé aussi^^

Publié dans Omphalos

Partager cet article

Repost 0

Roland C. Wagner, Métaphysique de l'écrivain

Publié le par Jeanne-A Debats

 

 

Roland C. Wagner est mort dimanche dernier d'un accident de voiture. Je ne peux pas vous en parler, pas encore. Plus tard.

En attendant, il avait répondu en 2008 à trois petites questions alac postées dans une petite note de blog à propos d'un de ses livres.

 

 

 

"Métaphysique de l'écrivain : Roland C. Wagner.

 

Samedi, juillet 5th, 2008

 

  

Qui sommes-nous ?


 — Des têtes de pioche.*


 D’ou venons nous ?


 — De loin.  **


Où allons-nous ?  


— Aussi loin que possible.***

 

 

 Roland C. Wagner

 

 

                                                            LGM.jpg

L.G.M

Roland C. Wagner

Editions le Bélial

 

Lorsque l’URSS en pleine forme remporte la course à Mars et perd l’ambassadeur de la dite planète, lorsque l’effondrement de la fonction d’onde conduit à la toxicomanie et au sexe, lorsque les petits hommes verts cessent de dire "Salut Toto!" en se perchant sur les montants de votre lit de noces pour slamer dans la fosse des Dead Kennedys, c’est du Roland C. Wagner et c’est grand !

 

L.G.M. : trois grains d’ellébore dans votre coca light ? "

 

 

 

 

 

 

* Oh putain, oui ! ^^

** Oh, putain oui !

*** Pas assez loin, Rô.

      

Partager cet article

Repost 0

Running Obituary

Publié le par Jeanne-A Debats

Tiens, on enterre la SF pour la énième fois dans la Quinzaine Littéraire !

 

Moi je dis : ça va finir par devenir une discipline olympique !


cercueil-canape.jpg

Publié dans Mauvais esprit

Partager cet article

Repost 0