Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Confinement pour risques majeurs.

Publié le par Jeanne-A Debats

  (Je rapatrie cette histoire de mon ancien blog parce que je l'aime bien)

 

Le professeur de latin interrompt le film en demandant :

            — Dites-moi en quoi cette scène extraite du film  Jules César relève de la haute fantaisie hollywoodienne?

            Un grand jeune homme l'air timide lève le doigt et répond :

            — Ils sont tous debout le verre à la main autour du buffet, on dirait l'anniv' de mariage de mes parents ...

            Un autre interrompt :

            — C'est peut-être la casio au poignet de Jules, Madame ?

            Il y a un temps d'arrêt, personne n'avait remarqué ce détail et le professeur s'apprête à demander doucement à l'impétrant s'il a bien connu César pour se permettre de l'appeler par son petit nom. Mais une sirène stridente interrompt tout cela tandis que la voix du Principal du collège, tel l'ange embouchant la première trompette, glace l'assistance :

            — Confinement pour risque majeur. Les professeurs et leurs classes doivent regagner au plus vite leur base prévue.

            Les élèves aguerris se contentent de saisir le manteau et se rangent bien en rang, deux par deux. Ce qui prouve bien que c'est faisable nonobstant  leurs protestations véhémentes passées lors des fins de récréation. Le professeur prend la tête du cortège après ce bref avertissement :

            — Restez en rang, ne courez pas. Si l'air est contaminé, vous respirerez beaucoup plus de cette saleté que si vous marchiez tranquillement.

            Le matheux du groupe prend l'air songeur, le professeur l'entend presque effectuer les calculs sous son scalp embroussaillé, mais elle ne lui laisse pas le temps de se lancer dans la contestation probabiliste :

            — On y va.

 

           La salle F est en vue. Deux classes y sont déjà installées dans le plus grand désordre. Le professeur de latin réprime à grand-peine l'envie de claquer la porte DEVANT elle. Mais on ne se refait pas quand on est né responsable, elle respire un grand coup - tant pis pour les vapeurs toxiques - et rentre.

            Ça cause haut et fort, la cantine de secours n'est pas ouverte, l'appel n'est pas fait. Le prof de latin inspire à nouveau pour aboyer :

            — 4°A, contre le mur du tableau, 4°B sous les hublots, 4°C, le mur mitoyen.

            Ce sont les parois les plus éloignées ou dépourvues de fenêtres. Pendant ce temps, elle clôt les stores avec deux de ses collègues tandis que le professeur de musique se saisit du talkie-walkie dans la cantine et annonce très pro :

            — Salle F, effectifs complets, terminé.

            Ça dure deux heures. Tous les quarts d'heure, la voix de l'Ange Protecteur grésille sur le talkie et exige le point sur les effectifs, les blessés potentiels, les ressources à disposition. Les élèves vautrés par terre en profitent pour se faire des papouilles sous les tables, plus ou moins discrètement, ou discutent sotto voce, voire les deux. Le professeur de latin respire mal, déteste tout et tout le monde et rêve de se jeter par la fenêtre.

            Tout se passe donc bien jusqu'à ce que l'extraterrestre de service intervienne :

            — Madame ?

            — Oui, répond le professeur de latin avec lassitude

             Elle ne connaît pas cet élève, mais sent une tension soudaine dans l'assistance et se prépare donc au pire.

            — Si c'est la centrale nucléaire qui pète de toute façon, le talkie-walkie ne fonctionnera pas, c'est stupide.

            Sourire torve du petit malin.

            Le silence tombe sur la salle, les latinistes ricanent, l'extraterrestre non plus ne connaît pas le professeur de latin.

            — Tu penses à l'effet électromagnétique à la suite de l'explosion ? Selon toi ça fusillerait toute l'électronique c'est ça ?

            L'extraterrestre est un peu soufflé, c'est le cas de le dire, il pensait seulement mettre le prof en difficulté. Au lieu de ça, elle rétorque sérieusement :

            — Je ne sais pas si Tchernobyl a eu cet effet-là, je ne crois pas. Cela dit, les risques majeurs comportent d'autres possibilités que le danger nucléaire, à ce moment-là les talkies-walkies resteront de première utilité.

            À ce stade de la conversation, le ton a radicalement changé : les deux interlocuteurs commencent à s'échauffer, ils ne s'opposent plus : ils créent un monde à eux deux. Leurs mains volent devant eux pour appuyer leur point de vue, soutenir celui de l'autre. Et ils continuent gaiement tous les deux à deviser de fin du monde et de post-apocalypse, énumérant les risques auxquels on peut s'attendre compte tenu de l'environnement technologique de la région, son potentiel sismique, une ou deux guerres conventionnelles ou pas, leurs conséquences, ce qui pourrait servir ou non, les résultats au niveau santé. Bref, ils ne s'ennuient pas une minute sur fond de cataclysme planétaire.

            Autour d'eux en revanche, l'atmosphère s'est assombrie, on ne discute plus on murmure et la consternation accompagne la conversation passionnée et terrifiante des deux malades mentaux.

            Fin d'alerte, le talkie-walkie grésille une dernière fois.

            L'extraterrestre prend congé du professeur de latin avec un joyeux :

            — Au prochain confinement, Madame.

            — Avec plaisir, répond-elle souriante.

            Et c'est sincère :

 si elle n'est pas confinée avec l'extraterrestre au prochain exercice, le professeur sait qu'elle restera dehors, cette fois.

 

Publié dans Omphalos

Partager cet article

Repost 0

My Relativity

Publié le par Jeanne-A Debats

 

 

Ça grenouille carrément du côté de la mare des journalistes scientifiques depuis que les communicants1 du CERN sans doute animés de bonnes intentions, se sont mis à claironner que leurs chercheurs1’ avaient mesuré un truc plus rapide que la vitesse de la Lumière.

Je suis ravie, je rêve de voyage dans le temps, juchée sur un neutrino muonique, tel le baron de Münchhausen sur son boulet.

Bon, en fait, ce n’est pas tout à fait vrai et je peux arrêter de rédiger le message où j’intime à mon crétin d’arrière arrière-grand-père2 de NE PAS donner tout son or en 1916 à un État dont on peut légitimement soupçonner qu’il aurait vaguement fusillé l’un de mes arrière-grand-pères pour l’exemple, sans compter les 3 autres qui finirent en ragoût chimico-metallico steampunk dans la Somme, permettant, certes, à leur descendante d’arborer crânement de ravissants coquelicots à date fixe, telle the Queen Mum, mais il faut avouer que la consolation demeure un peu courte.*

Et il faut oublier la ruine de la famille subséquente.

En fait, la « limite infranchissable de la lumière » est une vieille lune, ai-je vaguement compris depuis, en tentant de prudents sondages dans mon marigot perso**. D’ailleurs la vitesse de la lumière n’est pas de 300 000 km/s comme je l’ai cru jusqu’ici mais de 299 792,458 km/s.

Du coup, le truc lui aurait mis 213 km/s dans les dents à la LidelL.***

Et donc tout le monde est très content, surtout les scientifiques du CERN qui ont enfin un bidule à montrer à leurs mécènes et les journalistes qui entonnent pour la énième fois la trompette délicieuse de l’Erreur d’Einstein, ce qui fait toujours très joli dans le paysage.*****

Mes copains du Village des Fous sont formidables : ils m’ont tout expliqué, ce que ça voulait dire vraiment cette histoire, en quoi les journalistes scientifiques se mettaient le doigt dans l’œil jusqu’à l’omoplate, pourquoi ça ne gênait personne que ces derniers le fassent, voire pourquoi c’était limite obligé qu’ils tombent dans la PARMI.

Parce que voyez-vous, ça manque de fric en recherche fondamentale et que les gens qui accordent la subvention pour le tout mignon canon à particules tout neuf avec les beaux boulons brillants n’y entravent que pouic.

Comme moi.

Mais alors pareil, de vrais jumeaux, c’en est troublant.

ET le canon à particules, faut le leur vendre à ces analphabètes qui ignorent même ignorer  ce que C veut dire. Parce que eux, les analphabètes, ils savent qu'un canon à particules même porté en broche, ça ne ne fait pas fondre un électeur d'admiration subjuguée et qu'il faudra le lui vendre ensuite à lui aussi, à l'électeur, qui pour le coup, lui, ne SAIT VRAIMENT pas lire. Or, ce qui compte, ce n'est pas comme on pourrait le croire innocemment, de savoir si nos descendants pourront aller dans les étoiles ou couper les cheveux des comètes en quatre, mais ce qui franchira la limite des cantonnales à une allure raisonnable.

Le cercle devenant franchement vicelard lorsque le politique quoique persuadé jusqu'au fond de l'os de l'importance de la dissection capillaire de comète sait également que :

a) un terrain de foot en boucles d'oreille, ça le fait carrément mieux

b) s'il n'est pas réélu, le canon à particules pourra passer le reste de sa courte existence à compter ses boulons car il n'en aura pas un de rechange.

Aussi, les communicants du CERN font rentrer les journaleux dans LE GRAND COMPLOT, celui qui vise à faire percuter un truc, n’importe quoi pourvu que ce soit sexy, à ces gros balourds de politiques qui ont le chéquier et qui ne le sortiront que si le neutrino porte un beau soutien-gorge assorti à son string.

Les politiques font semblant de rien tout autant que de comprendre ce qu’on leur raconte et à la fin, ils signent le chèque – sans être dupes je pense, enfin j’espère, vu qu’ils nous entubent exactement de la même manière lorsqu’ils tentent de nous faire avaler l’augmentation de leurs indemnités parlementaires en pleine période d’austérité.

C’est un peu inquiétant, non ?

Tous ces gens qui prennent des décisions capitales sans capter une seconde de quoi il retourne…

On saisit mieux le mulot du coup, sans compter Hadopi, Fukushima, et j’en passe et des meilleures. C’est peut-être encore plus inquiétant de se dire qu’ils le savent qu’ils ne pigent queudchi ; qu’ils s’en tapent et décident quand même.

Quoique.

Compte tenu des paramètres énoncés, ce qui est étonnant au fond, c’est que ça ne tourne pas mal SYSTÉMATIQUEMENT. Alors soit l’Homme a le cul bordé de nouilles, la Femme le trompe avec Cthuluhuhu depuis des millénaires et il est temps que l’Humanité achète un billet de loto, soit le système fonctionne malgré tout, bon an mal an.

On peut le regretter, s’en arracher les cheveux, cependant le principe de réalité nous attend au tournant ; quiconque a participé à une réunion de quoi que ce soit visant à décider d’accorder des fonds à n’imp, sait bien qu’on en revient toujours là : maquiller le truc jusqu’à ce que tous les autres soient séduits.

D'ailleurs, je l'ai largement expérimenté au festival de Besançon celle-là. 

Je m'explique.

C'était un salon de Mainstream et nos couvertures de bouquins faisait faire largement grise mine (quand pas demi-tour) au lecteur lambda qui trainait dans les allées. Nous avons vite, Lionel Davoust, Christophe Lambert****** et moi, constaté à quel point il ne fallait pas dire le nom de celle-dont-on-ne-doit-pas-dire-le-nom5 sous peine de ne rien signer. Aussi nous sommes-nous, sans nous concerter, mis à expérimenter en double aveugle******* de petites techniques de maquillage de l'info :

Lionel a vendu de la "fable philosophique", du "merveilleux urbain", et du "thriller fantastique", moi de la "fiction spéculative", de l'eco-thriller, des "expériences de pensée sociologiques" et... du cul !

Ce qui revient à ce que nous disait Monsieur Éric Dufour hier soir à l'INHA – entre autres absurdités sur lesquelles je reviendrai ultérieurement, mais là, sur ce point précis, il n'avait pas tort – c'est à dire que lorsqu'on présente un truc nouveau, on a intérêt à faire semblant qu'en fait c'est la même chose que d'habitude, ou presque.

Eh bien ça marche, nom de Zeus!

(Pendant ce temps, Christophe Lambert se bidonnait et faisait de précieuses suggestions de sémantique appliquée au maquillage.)


En tout cas de la même façon que le pauvre auteur de SF isolé dans le salon de mainstream, eh bien le pauvre chercheur fondamental a bien raison de s'exercer au marketing car au fond leur démarche est la même et revient à cette remarque de base :

Un boulon gratuit est supérieur à tout!


 

 


Enfin, j’avoue que dans tout ça ce qui me sidère le plus c’est que personne ne se soit encore mis à bramer « C’est l’Apocalypse ! Repentez-vous ! » parce qu’il y aurait matière (noire), après tout : ça bouge du côté du Large Hadron et ça, c’est un Signe6.

N’est-ce pas ?

Joyeux réveillon avant la fin du monde !

 

 

1 et 1’ Mots clés à ne pas oublier.

2. Ça compte l’arrière-grand-père, Guillaune ? 3

3. Laissez Monsieur Lebeau et moi, on se comprend.

* Ne me demandez surtout pas pourquoi, j’enseigne le Latin pas la recherche fondamentale en physique, j’ai compris des trucs récemment mais je me méfie des métaphores hasardeuses balancées par une non spécialiste qui croit avoir compris. À la fin de mon exposé, vous seriez persuadés qu’on a envoyé une paire de ciseaux dans le temps pour couper les roudoudou au père d’Hitler et Staline ; perso, j’ai tendance à penser que ce n’est pas sain.4

** Un auteur de SF DOIT connaître la différence entre Relativité Générale et Restreinte, être capable de faire semblant de l’expliquer et vivre dans un univers quantique4’, tandis qu’un auteur du maintstream peut sans problème continuer à respirer dans un monde Copernicien. C’est dégueulasse, déjà qu’ils ont presque tous les lecteurs, mfff !!!!

4 et 4’. Oui, je sais c’est contradictoire, mais en apparence seulement.

*** LideL = Limite infranchissable de la Lumière****

**** Ou PARMI = Physique Au Rabais Métaphoriquement Induite

***** Qu’ils la rangent après l’avoir astiquée, ce n’est pas grave, elle servira comme d’habitude, d’ici cinq ou six ans.

5. La SF.

****** Name dropping in progress.

6. Si quelqu’un l’a fait, ça m’a échappé, j’étais à Besançon.

******* C'est à dire qu'on se faisait un peu suer et du coup fallait bien rigoler un peu.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

L'Arbois tape fort à Besançon.

Publié le par Jeanne-A Debats

C'est à Guillaume Lebeau que nous devons THE Jeu de Mots à Lac' du festival les "Mots Doubs" à Bezançon.

 

 

Dans le feu d'une discussion relative aux mérites comparés des festivals, Guillaume Lebeau nous déclare à froid :

 

"-- Le meilleur festival c'est Gaillac, car on peut y faire du canoë.

 

Regards ahuris de l'assistance, monsieur Lebeau persiste et signe :

 

-- Oui,  car le canoë-Gaillac, c'est le meilleur.

 

No comment mais pour cette balle de fond du court, toutes nos félicitations.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Scènes de la schizophrénie ordinaire 1

Publié le par Jeanne-A Debats

Ce qu'il y a de terrible dans la vie, c'est que tout le monde a ses raisons, disait Jean Renoir dans son film fabuleux "La Règle du Jeu" * et moi de rajouter :

"Il vaut mieux éviter de connaître celles des autres, ça permet de ne pas hésiter une fois le doigt sur la gâchette."

 

Parce que voyez-vous, si on sait, on comprend ; et si on comprend, on compatit, ou on est con tout court, au choix, voire en binôme.

Rien n'aide mieux à se coller une bonne schizo et ainsi mieux comprendre les soucis du voisin que se retrouver un jour de l'autre côté d'une barrière qu'on a l'habitude de considérer d'ailleurs.

Par exemple, je suis prof, mais bêtement je me suis reproduite avec un optimiste délirant et du coup nous avons eu ce qu'on appelle un enfant officiellement, et un gremlin, parfois un alien, rationnellement.

Les enfants sont la plaie** du prof au quotidien, surtout quand ils le poussent à se transformer en PARENT d'ÉLÈVES !

Argh!

  Ainsi, il y a quelques années, l'Héritier se trouva embringué dans des soucis avec son professeur principal et sa mère*** fut convoquée par la dite collègue.

D'une petite discussion avec l'Héritier, il était ressorti que la collègue appartenait à la catégorie de profs nuisibles qui confondent autorité avec hystérie et grattage de papier au km avec pédagogie. La parole seule de l'Héritier ne suffisant pas (vous n'imaginez pas le nombre de profs séropos, dépressifs, ou simplement SS que cet enfant a prétendu avoir : à ce stade, l'EN aurait été un vaste asile)**', une conversation avec la CPE et le médecin du collège confirma la chose cependant : la collègue était vraiment branque.

Ça arrive, il y en a.

Comme partout.

Sauf que là, je savais que la méthode classique de réclamation "Si tu continues à emmerder mon môme, ça va chier" n'allait pas fonctionner. Je connais ce genre d'oiseau, si je faisais mine de foncer dans la dame, l'Héritier passerait le reste de l'année au bagne.*****

 

Aussi, suis-je arrivée à la convocation, tout sucre, tout miel, toute compassion, toute sainteté.*****

  Et lorsque la collègue eut fini de dresser la liste des crimes (réels****** ou imaginaires) de l'Héritier me sommant ensuite d'appliquer une sanction très sévère et très injuste, fis-je un sourire tremblant et articulai-je d'un bout de lèvres frémissantes :


-- Je comprends mais c'est que voyez-vous, il y a un problème...


-- Ah, bon ? fait la collègue glaciale, s'attendant à (dans l'ordre) "Mon fils est précoce , il s'ennuie en classe", "Mon fils est gentil, vous êtes une salope", "Mon fils est génial, vous êtes une conne dangereuse qui ne sait pas enseigner".


-- Oui, mais voyez-vous, l'Héritier vous admire tellement ! (Voix extasiée)

 

(La collègue béante, on ne la lui avait jamais faite celle-là)


Je profite de son mutisme sidéré pour ajouter :


-- L'Héritier a tant d'estime pour vous ! Il se fait siiiiiiii haute idée de vos attentes que cela le paralyse, il n'ose plus rien faire, il n'en dort plus, la crainte de vous décevoir... (Sanglots, voix trémulante) et moi je me tourne vers vous car je suis démunie, je ne sais pas comment l'aider. (Sanglots bis, voix brisée)

 

Totalement neutralisée, attendrie aux larmes, la collègue promit tout ce que je voulais pour aider l'Héritier à répondre à ses attentes sans courir au suicide par désespoir, mépris de soi et amour d'elle.

Contre-torpilleur coulé : l'Héritier passa une année tranquille auprès d'une femme que tout le département considérait comme un danger public, elle l'adorait.*******

 

Même pas honte.

Bonne semaine à tous.*********

 

 

 

 

 

 

 

 

 

* Avec Dalio, sublime en La Chesnaie

** Ou la paie, une fois par mois.

**' euh... je n'ai rien dit, finalement.

*** Moi****

****Mfff !

***** Et même avec un prof normal, genre moi, je connais l'effet de la stratégie "Ça va chier"; en général, il faut des abîmes d'abnégation et de recul sur soi pour résister à la tentation de faire payer le gamin pour ses parents. J'y parviens en général, mais je préfère éviter ce cas de figure.

****** Je sais, c'est inimaginable, vous ne m'auriez pas reconnue.

******* Certains devaient bien l'être, la feignasserie en particulier.

******** Autant qu'elle le pouvait en tout cas.

********* N'essayez pas ça avec moi.

Publié dans Omphalos

Partager cet article

Repost 0

"Rome, les Armes et les Mots" Lucien Jerphagnon

Publié le par Jeanne-A Debats

Lucien Jerphagnon est mort.

Il y a quatre jours.

Pour de vrai.

Le salaud.

Je ne le lui pardonnerai jamais.

 Il n’a pas été mon professeur ni mon maître parce que si j’ai écouté (pas toujours religieusement, et même souvent en lisant sous la table) quelques-uns des premiers, j’ai toujours refusé qu’il existe des seconds (il y eut quelques tentatives, mais toutes se soldèrent dans le sang et les larmes), et, de plus, (ça aide) je ne l’ai jamais rencontré. Mais j’aimais beaucoup cet homme-là qui, avec Mademoiselle L.* au lycée et Monsieur V.*’ à la fac, est l’un des trois grands responsables de mes séances de tortures hebdo avec des élèves de collège consternés par l’existence des déclinaisons et passant trois ans en ma compagnie à confondre la chose avec les conjugaisons.


Mademoiselle L. m’avait fait comprendre le défi intellectuel de la traduction latine, cette équation parfois redoutable mais si rigolote qu’on résout à coup de logique formelle doublée d’intuition contextuelle. Monsieur V.,  lui, m’avait appris qu’en prime les textes eux-mêmes étaient parfois largement plus fun qu’un roman pop du dix-neuvième siècle ou même qu’un tome d’E. E. Doc Smith.

Ah ce Monsieur V., je me souviendrai toujours de nos regards méfiants d’étudiants formatés devant le verbe « glubit** » refusant de croire que ça voulait dire, eh bien ce que ça voulait dire, malgré les assertions de l’Oxford Dictionnary et la malice qui pointait dans son œil toute la séance.


Jerphagnon, Monsieur V. l’avait connu, lui. Cette malice-là, il fallait bien qu'il l'aie prise quelque part.

C’est Monsieur V. qui m’a mis dans les mains ce livre : « Rome, les Armes et les mots » de Lucien Jerphagnon.

Jerphagnon

 

Après je n’ai plus jamais étudié l’histoire romaine de la même façon, non plus que l’histoire, tout court.

Dans « Les Armes et les Mots » Jerphagnon raconte l’empire et les Césars d’une façon à nulle autre pareille. Il démonte tout et il démontre tout.

Et en plus on se marre.

Il dit combien les monstres sanglants qui nous ont fait frémir dans Suetone et Tite-Live pourraient bien avoir été les « victimes » (a posteriori, hein, rassurez-vous, je suis sûre que Neron s’est bien amusé tout de même) de la propagande du sénat usant de toutes les rumeurs les plus basses et les plus contradictoires afin de contrecarrer le pouvoir de ces électrons libres qui entendaient régner sans lui. Au passage, Jerphagnon joue à mesurer le type de calomnie suivant le degré d’indépendance du César en question, c’est très drôle. C’est très intelligent aussi, et comme toujours avec l’histoire romaine, les parallèles avec le monde contemporain surgissent aussitôt.

Sans compter qu’il démontre également, après nous avoir brossé presque deux cent ans d’Empire d’une plume alerte et trempée dans l’acide, combien nos propres dirigeants, de l’Ancien Régime à la Révolution et plus tard, chaque République, ont utilisé l’histoire romaine à leur propres fins – pas toujours nobles – dans le but avoué de former des esprits dévoués à ces mêmes régimes.

« Les Armes et les Mots », pour faire simple,  c’est l’histoire de l’utilisation de l’histoire romaine à des fins de propagande et d’éducation politique à travers les siècles. C’est passionnant, sisi. Un de ces livres qui, lorsque vous les refermez, vous a fait tomber pas mal de laine du dos, et qui, quand vous bêlez avec le troupeau, rend votre bêlement un peu plus mélodieux.

 

Laudator temporis acti***, c'était quand même mieux avant quand vous êtiez là, Lucien, et que moins sérieux parfois que dans « Les Armes et les Mots », vous releviez les pépites du pessismisme intergénérationnel ;

si je vous avais su malade, sûr que j'aurais tenté de recruter Rachel Bloom pour faire votre éloge, vous auriez adoré.

 

Reposez, cher Lucien****, dans ma bibliothèque, vous allez me manquer.

 

 

 

 

 


 

 

* et *’ Que nous appellerons ainsi afin de préserver leur anonymat et la paix de leurs esprits. Songez que ces braves gens m’ont eue en classe trois et quatre années de suite, ils ont mérité une retraite exempte du remord d’avoir livré le monde au Mal et la déception devant ce que j’ai fait de leur enseignement.

** Non, je ne vous le dirai pas, nananère !

*** C'est du latin.

**** Vous permettez bien sûr que je vous appelle Lucien même si on n'a pas bu des coups ensemble***** ? Notez que  que si ça vous froissait je serais ravie que vous me hantiez.

***** Merci Anne ******

****** Laissez, ma cops et moi, on se comprend.

Partager cet article

Repost 0

Globulle 1

Publié le par Jeanne-A Debats

Globulle est un copain et hier, il m'a fait mourir de rire. Une newbie lui demandait ce qu'il faisait dans la vie et là, il répond :


" Je suis psychanalyste ... (pause) ... pour ordinateur. "


J'en ris encore.


Mais ça c'est moi.

Pardon.

Je ne sors pas parce que je suis chez moi mais, oui, je sais, c'est une total geekjoke.

Partager cet article

Repost 0

Destination Univers : premiers débarquements

Publié le par Jeanne-A Debats

nasa

Dans quelques minutes je vais commencer une salve de refus. Les raisons de ces refus seront disponibles d'ici un mois, pas avant, trop de travail encore nous attend pour que nous puissions nous lancer dans les copier-collés explicatifs. Noubliez pas toutefois de signaler en réponse que vous les désirez, si c'est le cas. 

 


En outre la sélection n'est pas terminée, si vous ne recevez rien d'ici demain c'est que votre travail est encore en examen. Quoi qu'il en soit nous vous remercions de votre travail et de votre implication, ce fut une joie de travailler avec vous.


Jeanne.

Partager cet article

Repost 0

La boîte de Pandore 1

Publié le par Jeanne-A Debats

485px-Paradise Lost 12On est jeudi, jour de Jupiter, j'ai sept heures de cours ; ergo je ne me fatigue pas :

je me contente de vous présenter les quelques requêtes amusantes qui ont amenés des gens sur ce blog cette semaine :

 

  • Jeanne-a debats petits choux à la crème. (Un fou, ou Lionel Davoust, compte tenu de mes capacités patissières)

  • Jeanne-a debats aime maître Eolas (Je veux le même avec Alan Rickman)

  • Jeanne-a Debats philosophe itinérante (J'édulcore) (Il ne renonce pas hein?) (Surtout que maintenant que j'ai dit des horreurs sur les ondes, ça va se tenir^^)

  • Lanoye (o_o)

  • Satan, mort, destruction, papesse Jeanne (n'a pas dû rester longtemps celui-là)

  • Schizophrénie (ça se tient)

  • Montauban sexe (c'est cohérent)

  • Dauphins en sauce (ça se tient toujours)

  • Laetitia Casta nue (merci Olivier, et pourtant j'avais supprimé ton commentaire x_x)

  • Mon Oncle Putride (l'Oncle Joe fait partie de la famille Addams par contamination de note de blog, et ça se tient)

 

Et le winner du Week Idiot Award :

 

Girlie Zombie attitude !!

 

(Tout à fait moi ce matin.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Le MAL

Partager cet article

Repost 0

Ma main dans la gueule de Beigbeder

Publié le par Jeanne-A Debats


20

 

Après Mr Stock, c'est Bigbug qui disjoncte et qui monte au créneau.


 Et que voit-elle venir  sur la route qui poudroie, les ondes qui ondoient et les bits qui computoient, notre Gloire Littéraire Nationale ?

La mort annoncée du roman* après six cent ans d'Histoire, tué par le GRAND SATAN : le numérique.*

Préparez vos mouchoirs.

Et là, moi l'écrivain, moi la romancière, je regarde le faire-part, je le hume, je le retourne entre mes petits doigts tordus par l'arthrose et je me dis : et ?  Et même : so what ?

Admettons que le roman disparaisse.


C'est vraiment si grave que ça ? Le petit chat va mourir ?** Les enfants de Somalie vont manger encore moins ?**' Je crois pourtant que le monde s'est remis sans trop de mal de la disparition des sagas nordiques ou des chansons de geste. Ou bien m'égarerais-je et quelques nostalgiques d'Egill le Chauve* pas trop rasés à l'intérieur de la tête se lamenteraient-ils encore dans un coin sans que j'ai eu l'élémentaire politesse de leur présenter mes plus sincères condoléances ?


Donc, admettons la mort du roman et imaginons un peu ce qui pourrait se passer :

Il y aura un vide et ce vide se remplira.

Avec autre chose.

Un autre truc artitistique tout aussi valable et qui durera encore six cent ans*.

Et c'est tout.


Ah non, gros inconvénient : les pauvres profs de littérature sous-payés dans mon genre seront encore plus dans la mouise pour expliquer aux gamins que "Oui, il n'y a pas d'images, pas de lien hypertextes, pas de couleurs, pas d'odorama, pas d'interactivité sensorielle, mais que c'est la base de la culture européenne et que c'est tout de même achtement intéressant comme concept."

Je m'y vois déjà.

 

Ah oui, mais là, je suis "scientiste" et ça c'est Mal *. Parce que vous l'ignoriez, mais la science, c'est le Mal* en France. La science ne doit pas se méler de répresenter le monde, la science ne sert pas à le comprendre ; ça, en France, c'est réservé à la philo et à la littérature générale, en tout cas dans un univers qui comprend le café de Flore comme nombril et Europe1 comme tribune.

Je ne sais pas comment le pays du Discours de la Méthode a pu verser ainsi dans la schizophrénie et amputer sa réflexion de la moitié de sa création intellectuelle, mais là c'est clair, on y est. Sans compter le grand retour du croquemitaine de Frankenstein qui sous-tend toute la réflexion de BigBug.

Mais en fait l'idée de fond, c'est celle-là : les scientistes soutiennent les écrans, les écrans, c'est le mal parce que ça permet de pirater BigBug.

Encore un qui défend (mal) sa soupe en prétendant défendre la littérature, et c'est tout.


Moi ce que je vois c'est ça :

Une bonne partie de la population mondiale vit à peine de ce qu'elle gagne -- quand elle en vit -- sans piratage elle n'a, en plus, aucun accès à la musique, aux livres, au cinéma. La question est réglée en ce qui me concerne : en terme de morale, le piratage culturel est aussi défendable que le vol d'un pain par Jean Valjean.

En outre, je préfère un peuple de pirates mais un peu cultivés par ailleurs : en terme de garantie d'esprit critique et de veille démocratique, ça me paraît plus sain.*

Voilou.

Si ça signifie que les miens de livres aussi seront piratés et bien, baste ! Ils auraient pu les acheter ? Non. Alors c'est mieux s'ils ne me lisent pas du tout ? Hum. Moi je suis un écrivain et je veux d'abord être lue. Je veux bien être payée aussi, pas de blème, mais on n'a rien sans rien. Et qui plus est, contrairement à ce que croit BigBug, je pense qu'être piratée finira toujours par "payer" justement.

20

Ça me ramène à un livre critiqué il y a peu dans ce blog : Drood de Dan Simmons.

Gérard Klein pointait très récemment à son propos l'ironique présentation qu'y fait l'auteur des problèmes de Dickens avec les éditeurs américains, lesquels le pirataient sans vergogne. À la fin de sa vie, Dickens la gagnait mieux en lecture de ses oeuvres qu'avec l'écriture elle-même. Et GK de souligner que c'est exactement le cas des musiciens qui font  leur beurre en tournée plutôt qu'avec leurs disques, puisque les Majors leur raflent l'essentiel.

Prenons-en de la graine.

Le monde change, changeons avec lui.

 

 


Enfin, le roman ayant survécu au cinéma et aux jeux vidéos, j'avoue que je ne suis pas très inquiète pour sa santé, non plus. Sans compter que les ventes repartent paraît-il, mais ça pour BigBeuh c'est signe que le cygne agonise.

(Preuve que l'examinateur de ce monsieur au bac devait être le même que le mien à l'oral de mathématiques.)

En attendant, je supplie la Team Alexandriz de  pirater le petit dernier de BigBug vite fait pour qu'il puisse faire de l'exercice. C'est clair que la sédentarisation ne lui fait pas que du bien et qu'il a besoin de s'agiter cet homme-là !

 

 

20

 

 

 

* Olivier Gechter se demandait d'ailleurs aujourd'hui si, par hasard, le visionnaire BigBug avait également prophétisé le retour de la nouvelle et de la novella, du coup...

* à ne pas confondre avec le Petit Satan : le scientifique.

** et **' Oui, je sais, c'est super bas comme argument. Surtout le coup du chaton.

* Mhm, qu'elle serait utile là, la NdBdP, hein ?

* En admettant que l'Humanité elle-même tienne aussi longtemps, ce qui n'est pas gagné.

* à peine moins mal que la SF.

* Tiens ça me donne une idée de note de blog.

* Parce que si vous comptez sur les débris de l'école publique pour assumer cette veille, ben, là, je vous avoue que je suis moins optimiste qu'en ce qui concerne la survie du roman.



Partager cet article

Repost 0

I lost my heart to a stormtrooper...

Publié le par Jeanne-A Debats

Au premier temps de la valse
Toute seule tu souris déjà


stormtrooper 4954

 

 

Au premier temps de la valse
Je suis seul mais je t'aperçois

 

 

 

stormtrooper 4955

 

 

 

Et Puteaux qui bat la mesure
Puteaux qui mesure notre émoi

 

stormtrooper 4956


Et Puteaux qui bat la mesure
Me murmure murmure tout bas

 

 

stormtrooper 4957

 

 

 

 

 

"I lost my heart to a starshiptrooper"*

 

 

 

 

 

 

 

 

* Je SAVAIS que j'arriverai à la placer un jour celle-là !

 

 

(Photos René-Marc Dolhen que je remercie chaudement pour sa patience ^^)

 

(Festival Science vs Fiction,  Puteaux, samedi 10/09/2011)

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>