Les boîtes, les carnets, les gens

Publié le par Jeanne-A Debats

à l'appui de la fenêtre

à l'appui de la fenêtre

Je crois qu'on peut raisonnablement supputer que j'aime bien les boîtes.
Pleines ou vides.


Boîtes à bijoux, à pastels, à foulards, à épingles à cheveux, plus sûrement boîtes à rien. J'ai oublié ce que j'y ai enfoui.
Un peu comme les carnets. De notes, de textes, de croquis, voire encore et toujours... vides.


L'une des seules vraies raisons pour laquelle je me traîne encore à Livres Paris, c'est qu'ils font l'aumône d'un merveilleux carnet aux pathétiques auteur.rice.s qu'ils ont la munificence dédaigneuse d'inviter à parer leur merveilleux salon en les priant de mettre des paillettes sur leurs haillons.


Les boîtes et les carnets, c'est comme les gens, on ne sait pas ce qu'il y a dedans.
J'aime bien les gens.

Publié dans Omphalos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article